Anne-Sophie Kindraich

Anne Sophie Kindraich
Née en 1983 dans le Nord de la France, Anne-Sophie Kindraich a d’abord poursuivi des études de biologie dans l’Oise. Passionnée depuis toujours par les livres, en particulier la fantasy et le fantastique, elle commence à écrire durant ses études, tout en se consacrant à d’autres arts comme le dessin et, plus tard, la peinture à l’huile.

C’est après s’être installée dans le Sud de la France pour enseigner les sciences et fonder une famille qu’elle se lance sérieusement dans l’écriture de son premier roman, Les Portes d’Athion, paru aux Éditions Armada .

Mise en page 1

Stéphane Maillard Peretti

cageauxfiolesteintéNé dans le sud-est de la France, Stéphane Maillard Peretti navigue entre Nice – où il a fait des études de psychologie et d’art – et Paris.
Principalement autodidacte, il dessine dès ses premières années, influencé par les dessins animés japonais, les comics et les anciennes gravures. Son trait mélange différentes influences : parmi ses références graphiques, on trouve Bernie Wrightson, Shingo Araki, Albrecht Dürer, Mike Mignola ou encore Roger Dean parmi bien d’autres…

Passionné par les textes de Bradbury, Lovecraft, Borges ou Alan Moore, plus attiré par les techniques traditionnelles, il affectionne le travail à l’encre, l’aquarelle et l’acrylique. Le dessin reste pour lui une manière de s’exprimer et de rencontrer l’autre et, autant que faire se peut, de nouer contacts et collaborations entre artistes.

Stéphane a illustré plusieurs livres des éditions Luciférines et a créé deux bandes dessinées pour la revue LGBT BD de Jean-Paul Jennequin aux côtés d’autres blogueurs tel Nawak. Participant au blog sur la « culture geek » de Bruce Lit, il compose également des affiches pour le théâtre et travaille sur des couvertures de roman ainsi que des projets de jeux de rôle et de société.

peauxdechats

Vous pouvez également le suivre sur sa page.

Gilles Bogaert

BogaertGilles Bogaert, physicien CNRS et historien des sciences, est chercheur dans l’équipe Virgo de l’Observatoire de la Côte d’Azur, sur la détection des trous noirs. Il est aussi responsable du programme Culturel Science et Expériences en physique de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Il a, par ailleurs, récemment effectué des recherches sur les débuts de l’Observatoire de Nice et les rêves de progrès de ses créateurs et publié (aux Éditions Mémoires Millénaires) un ouvrage à ce sujet : La Vitesse de la lumière, Nice au cœur de l’histoire, traitant de cette vitesse – découverte 200 ans plus tôt par Cassini et encore mal connue – qui faisait l’objet de controverses entre la France et les États-Unis ainsi que des débuts de l’astronomie sur la Côte d’Azur.

La vitesse de la lumière_BAT.indd

Philippe Stee

philippe_steePhilippe Stée, actuellement directeur du Laboratoire Lagrange, est un spécialiste des étoiles massives et de l’interférométrie optique. Après des études à l’Université d’Orsay (Paris XI), il obtient, dès 1995, un doctorat en Astrophysique et techniques spatiales à Paris VII puis une habilitation à diriger les recherches.

Il a occupé plusieurs fonctions administratives et scientifiques au sein de diverses instances locales et nationales (Comité de spécialistes, Conseil scientifique et d’administration de l’OCA, Directeur du Programme National de Physique Stellaire).

Plus récemment, il a été membre élu au sein du Comité National du CNRS (CoNRS) en section 17 (Astronomie et Astrophysique). Il a précédemment dirigé l’équipe de Physique stellaire et Solaire (ESOM) qui est une des plus grosses équipes du laboratoire Lagrange.

Le Laboratoire Lagrange est un laboratoire pluridisciplinaire regroupant des équipes d’astrophysique (planétologie, physique stellaire et solaire, galaxies et cosmologie), de mécanique des fluides et de traitement du signal et images. Elles sont actuellement réparties entre le site du Mt Gros et le campus Valrose à Nice. Des compétences transverses en instrumentation pour l’observation astronomique à haute résolution spatiale et en calcul à haute performance sont au cœur des capacités des équipes pour le développement de nouvelles théories et modèles et leur confrontation à des observations acquises sur les grands télescopes au sol et dans l’espace.

Le laboratoire Lagrange est notamment à la tête d’un consortium européen développant MATISSE, un instrument de seconde génération pour l’interféromètre VLTI de l’ESO. Il est également impliqué dans plusieurs missions spatiales, particulièrement dans la mission Gaia de l’ESA – avec un rôle majeur dans le traitement et l’analyse des données –, dans la mission Euclid et dans le projet Marco Polo-R visant le retour d’échantillons d’un astéroïde.

Pierre Gévart

Pierre GévartPierre Gévart écrit de la science-fiction depuis les années 1960. Il a publié une dizaine de romans et plus d’une centaine de nouvelles, y compris dans le cadre d’une émission de radio qu’il animait au début des années 1980. Depuis 2007, Stéphanie Nicot lui a passé le relai de la revue Galaxies, qu’il pilote désormais avec une solide équipe dans laquelle on compte notamment Jean-Pierre Andrevon, Jean-Pierre Fontana, et de nombreux autres acteurs du milieu éditorial. Galaxies sort un numéro tous les deux mois. Le dernier paru (numéro 40), évoque le thème de la Cosmanthropie, l’adaptation à l’espace, le numéro 41, qui sort en mai, donnera toute sa place à un long article d’Andrevon sur les Apocalypses en SF.

galaxies 2Du côté de l’écriture, les choses vont bien, surtout depuis le 1er avril dernier (ce n’est pas un poisson !), puisqu’à cette date, Pierre Gévart avec sa retraite de la fonction publique, devient auteur et rédacteur en chef à part entière. Fin Mai, il publie ainsi deux romans en un volume, chez Rivière blanche, et deux autres fin août, les quatre formant Le Cycle de Khopne. L’an dernier, en 2015, Rivière blanche lui a consacré un Dimension Pierre Gévart, et la revue Gandahar un numéro spécial.

PGEnfin, c’est aussi un homme de théâtre. Adaptée en russe, une pièce tirée d’une de ses nouvelles, Comment les choses se sont vraiment passées, se joue depuis deux ans en Asie centrale et les participants à la Convention d’Amiens ont pu assister à la représentation de Goodbye Mr Verne, dans laquelle il tenait le rôle de Jules Verne.

Laurianne Alaouchiche

photo Laurianne AlaouchicheNée en 1981 en région parisienne, Laurianne Alaouchiche s’est passionnée très jeune pour les histoires et les lectures en tout genre (romans policiers, SF, aventure, …).
Après avoir passé dix années à travailler dans le secteur automobile, elle a donc décidé de prendre son courage à deux mains pour se lancer dans la grande aventure de l’écriture.

Après plusieurs mois de travail acharné et de nombreuses nuits blanches, elle a achevé son premier roman, Golgotha (éditions Numeriklivres). Cela lui a permis de s’affirmer en tant qu’auteur et de satisfaire sa passion d’écrire.

Plusieurs autres romans sont donc en projet.

golgotha800

Abacabu Rônin

Abacabu Rônin, né en l’an 1988 de l’année du dragon, vit actuellement dans la région de Nice. Il est passionné de cinéma, de jap’animation/mangas, d’arts martiaux et de culture asiatique en général. De cette passion pour ces différents univers est née son envie d’écrire des scénarios, activité dont il rêve de faire un jour son métier.

En 2013, Nats Editions décide d’éditer en manga son scénario de Ballad With A Solitary Blade, réalisé en collaboration avec la dessinatrice Linja. Pour Abacabu Rônin, il s’agit d’un double challenge puisque, outre un scénario, en tant que co-dessinateur, il doit également réaliser l’ensemble des croquis conceptuels de chaque page sous forme de storyboards, envoyés au fur et à mesure à sa dessinatrice. Les deux premiers tomes de ce manga sont parus en 2014 ; des ouvrages qu’il a présentés en 2015 au 42ème festival international de la BD d’Angoulême.
Le troisième tome, deux fois plus épais, sort cette année.

ARVous pouvez retrouver toute son actualité ainsi que Ballad With A Solitary Blade sur son site ainsi que sur sa page Facebook.

Linja

LD3En se découvrant une passion pour le dessin Manga, Linja , dessinatrice autodidacte, ne pouvait qu’esquisser le rêve de pouvoir un jour en faire son métier.

Sa rencontre avec Abacabu Rônin, qui recherchait justement l’artiste qui illustrerait son scénario, les a réunis dans une aventure où développer son style et son choix d’une méthode de dessin traditionnelle au service d’une trilogie, Ballad with a solitary blade, dont les premiers tomes ont été publiés en 2014 chez Nats Éditions, la parution du troisième est prévue en 2016.

LD 4Retrouvez Linja sur son blog

Florent Naud

florent-naudNé en 1990, Florent Naud imagine mal une table de chevet sans livre (qu’il soit électronique, magazine, de poche ou pavé). D’abord exclusivement passionné de fantasy, sous toutes ses formes, il découvre lors de ses études qu’un génie, Boris Vian, est sorti de longues années auparavant de son école. Il va alors rechercher à allier l’absurde réaliste de Vian avec des atmosphères fantastiques ancrées dans l’imaginaire de sa jeunesse.

Plutôt que de le laisser se transformer en contrainte, il utilise également son métier d’ingénieur comme source d’inspiration pour ses créations, ne serait-ce que pour donner tort à un de ses anciens professeurs, Étienne Klein, qui se plaignait de ce que les ingénieurs n’écrivent pas assez (jamais, en fait).

Principalement auteur de nouvelles, il s’essaie actuellement au roman dont un projet, bien avancé, met en scène un pauvre informaticien, un Snowden raté, dans un monde délicatement futuriste. En parallèle, il cherche à marier ses passions pour le web et la littérature en proposant un nouveau format de fiction, encore au stade d’ébauche.

Nouvelles :

Le Chant des esclaves, nouvelle publiée dans AOC n°37
La Nappe cimetière, publiée sur Short Edition (Web)
Le Spleen des électrons, publiée sur Short Edition (Web)
À la recherche des naines noires, publiée sur Short Edition (Web)

Laurence Suhner

Laurence SuhnerQuand elle était enfant, le père de Laurence Suhner, qui écumait le monde, lui rapportait des cadeaux bizarres : caïman empaillé, peau de boa constrictor, mocassins amérindiens, bijoux en turquoise, rose des sables ou têtes réduites, de quoi épater largement ses petits camarades. Il lui fallait donc ensuite imaginer des histoires, toutes plus fantastiques les unes que les autres, pour en expliquer l’origine, pas toujours très orthodoxe. Pris au jeu, son père l’a vite rejointe, inventant des scénarios appropriés à ces trouvailles, qu’elle illustrait en bande dessinée, sa première passion (sa mère était dessinatrice), après ses fastidieuses journées d’école.

Ces fictions foisonnaient de péripéties extraordinaires où des savants géniaux, mais toujours fous, faisaient des découvertes majeures ou organisaient des expéditions aux confins du monde connu. Des aventures style Tintin, mais en plus rocambolesque. Il faut dire que, jusqu’à ses cinq ans, Laurence habitait Bruxelles, le temple de la BD.

Si ces voyages et récits ont sans doute motivé son intérêt précoce pour l’archéologie et l’anthropologie, c’est toutefois un peu plus tard, en lisant Les aventures de Bob Morane, puis en découvrant La Plaie, un space opera magistral de Nathalie Henneberg, qu’elle a réalisé qu’il s’agissait déjà de science-fiction. Elle a donc décidé que sa voie était toute tracée : en écrire un jour à son tour.
Elle s’est alors mise à dévorer tous les classiques anglo-saxons du genre, dont beaucoup peuplaient déjà la bibliothèque paternelle : Asimov, Clarke, Simak, Vance, Anderson, Dick, Priest, Silverberg, Hamilton, Bradbury…

Pour en revenir au présent, ou au futur proche, après la parution d’Origines, le dernier tome de sa trilogie QuanTika (éditions l’Atalante) – qui raconte la découverte d’une exoplanète, et d’une ancienne civilisation stellaire ayant jadis visité notre Galaxie – gageons que son prochain roman traitera également de ces sujets qui lui tiennent à cœur, à savoir le rapport de l’humain face à la science et les mythes cosmogoniques. En clair, parler de l’Univers qui nous entoure et de ses multiples représentations.

Bref, elle se fera un plaisir de vous parler de Gemma, planète extrasolaire glacée orbitant autour de son étoile double AltaMira, des mystères de la physique quantique et des nombreux personnages qui peuplent l’univers de QuanTika.

QuanTikaSite web