Athéna Callea

Athéna découvre sa passion pour l’écriture aux alentours de huit ans.
Après beaucoup de petits contes (forcément à cet âge) de manuscrits-direction poubelle et quelques poèmes édités dans des anthologies lors de son adolescence, elle décide enfin de se lancer dans la nouvelle, style d’écrit qu’elle adore depuis toujours grâce à Gauthier, Poe et Maupassant qui l’émerveillent encore…
Maintenant comédienne et après des études de Littérature, elle s’efforce d’écrire de tout (malgré son grand penchant pour la peur et le fantastique hérités de ses lectures), même des sketches pour la scène !
Parce qu’elle aime avant tout les mots. On peut aussi la retrouver sur la Toile sous le nom Athéna d’automne-et de joie.
L’une de ses nouvelles fantastiques « PAPILLON » est éditée aux Éditions Nutty Sheep.

Dounia Charaf

Dounia Charaf est née à Casablanca, en 1960. Si elle a passé la plus grande partie de sa vie en France où elle est arrivée déjà imprégnée de la culture française, un retour à Casablanca en 1978, après le décès de son père, lui a permis, malgré une époque triste à mourir, de découvrir le Maroc, un pays pétri d’imaginaire et de situations romanesques.

Et, parce qu’elle a découvert l’écriture en France et le sens à lui donner au Maroc, elle a continué à écrire, comme elle le fait depuis ses onze ans.

Au croisement de l’imaginaire, de l’histoire et de la société contemporaine, ses romans et nouvelles puisent aux sources d’une culture à la fois en évolution rapide et enracinée dans un passé irréductible.

Le besoin de conter, qui la transformait en nouvelle Shéhérazade lors des chaudes soirées de vacances, doublé d’une passion pour l’histoire récente nourrie de lectures érudites et mêlée de souvenirs de sa grand-mère sur l’esclavage, ont abouti à un premier roman, L’Esclave d’Amrus (Editions l’Harmattan, 1993)

Il fut suivi de plusieurs autres, également publiés chez l’Harmattan, Fatoum la prostituée et le saint, Mbark et Juliette le mystère des colons allemands.

Par la suite, elle publie aux éditions Marsam les romans La Maison de Mama Ghoula, Les petites filles et l’oued et Meurtres à Adarassane et deux albums pour enfants, Le Mot magique et L’Orange de l’ogresse.

Elle participe à l’anthologie « Civilisations(s) »  avec la nouvelle Une araignée au bout du fil et sort une novella, Le bracelet de Johar, une fantasy marocaine, aux Vagabonds du Rêve.

Actuellement, elle travaille toute affaire cessante, suite au décès de sa tante et de la disparition de tout l’univers de son enfance, à un roman de fantasy uchronique sur le Maroc du début du 20e siècle : Chaouia le jardin du chaos.

Hélène Cruciani

Hélène Cruciani a un petit côté collectionneuse de diplômes. C’est ainsi qu’elle fut ingénieure chez Amadeus avant de se tourner vers le théâtre pour le plaisir des mots et des images à travers le jeu et la mise en scène. L’occasion idéale pour obtenir, cette fois, une maîtrise d’Arts du Spectacle et écrire dans la foulée un spectacle de marionnettes pour enfants, Barbaouate, qu’elle crée et joue pendant quelques années dans les Alpes Maritimes.

Mais comme l’envie d’apprendre se fait toujours sentir et que les diplômes, c’est bien gentil, mais qu’il serait plus amusant de changer un peu, Hélène se lance dans l’écriture d’un roman, qu’elle voit bientôt publié aux éditions Griffe d’Encre : Expéron, une science-fiction bien dans la veine d’Huxley, soulevant nombre de questions d’éthique, notamment sur le progrès scientifique et le droit à la maternité. S’ensuivent des nouvelles : Gentille mamie dans l’anthologie Aube & crépuscule puis Du mystère dans l’air, dans l’anthologie Élément II : L’Air (toujours chez Griffe d’Encre), Un fâcheux oubli, publié en ligne par Les Vagabonds du Rêve, Une nuit sans étoiles, dans l’anthologie Nice Parallèles (NF) et Amour quantique dans Galaxie n°49 (édition numérique).
Son roman d’anticipation 11 septembre 2061 (Éditions Néreïah) remporte en 2016 le Prix Imaginéreïah (Prix La Cour de l’Imaginaire).  En  mai  2018, les éditions RroyzZ publient son recueil de nouvelles Traîtrises sidérales, qui regroupe trois des nouvelles ci-dessus ainsi que cinq nouvelles inédites.

Couverture : Zariel

 

Aldo ‘Pénombre’ Pappacoda

Né en 1969, Aldo est tombé dans la fantasy et la science-fiction quand il était petit. Comme le hasard fait bien les choses, il lui a fait découvrir le jeu de rôle dès le collège (AD&D, Cthulhu, Mekton, Shadowrun, Hawkmoon…).
Et de joueur à maître de jeu, il n’y a qu’un pas à franchir. Et un autre pas, plus grand, pour devenir auteur, juste pour le plaisir d’écrire et de faire des expériences. Écritures et expériences qu’il a partagées dès 1999, d’abord au sein des communautés online anglo-saxonnes puis en français. C’est ainsi qu’il a lancé avec un ami les shadowforums – sur lesquels se retrouve une très importante communauté de joueurs et maîtres de jeu Shadowrun – ainsi que le webzine Laser de Lune, avant de passer à autre chose.
De 2003 à 2008, il a aussi été rédacteur et co-admin pour un projet de site encyclopédique online pour Star Wars.

Par la suite, son activité de rôliste et de créateur s’est surtout recentrée autour du Livre des cinq anneaux pour lequel son scénario s’est vu primé dans le concours organisé en 2007 par l’association La Voix de Rokugan (in le recueil Matsuri de juin 2008).
Il a participé à un certain nombre de projets avec celle-ci (Sunda Mizu Mura, les Parchemins Secrets de Rokugan) ainsi qu’avec le collectif Forgesonges (Les Ombres d’Esteren, Extrem 37, Démiurges en Herbe…) et collaboré à deux autres jeux : le Destin d’Oroboros (lancé par Tony Godin) et La Geste des Dieux Machines (une initiative de Kristoff Valla et Akae).

Enfin, parce que son souhait réel, plus encore que créer, est de donner à des gens qu’il ne rencontrera certainement jamais un peu d’inspiration, de plaisir et de magie, il sort en 2015 son propre jeu : Chiaroscuro, aux Vagabonds du Rêve.

Actuellement, il poursuit la gamme Chiaroscuro, a publié l’Empire du Soleil défunt fin 2017 et participe à l’Empire des Cerisiers d’Olivier Sanfilippo et un recueil de scénarios pour Insectopia.

Site officiel

Chantal Robillard

Chantal Robillard est née au milieu des volcans auvergnats, parmi les fontaines pétrifiantes et les orgues basaltiques : il était donc normal qu’elle s’intéresse au conte, aux légendes, au fantastique, à la science-fiction et à l’uchronie.

Dans ses recueils, elle explore souvent un conte de fée précis, en puisant dans la langue mots juteux, expressions oubliées, et en utilisant parfois des contraintes littéraires oulipiennes. Les récits se répondent, les personnages sont à contre-emploi ou sautent de siècle en siècle, les archétypes sont détournés avec humour et tendresse.

Publications :
Hôpital Cendrillon, Editions du GREF (Toronto) 2004
Sextine aux six lézards et six souris in Jouer avec les poètes, Hachette Jeunesse, coll. Fleurs d’encre, rééd. 2010
Les Sept fins de Blanche-Neige, Le Verger éditeur, 2011
Le dit du drégonjon et de son Elfrie in Reines et dragons, Mnémos, 2012
Fugue de la Fontaine aux fées, Le Verger éditeur, 2013
Serpent d’infant, poèmes sur Saint-Exupéry et le Petit prince, in « Rencontres imaginaires en Aubrac », Argemmios éd. 2013
Te lucis ante terminum/Avant que la lumière ne s’éteigne, haïkus sur des photos de Michel Eisenlohr pour le Monastère de Saorge, éd. Images du Sud, Aubagne, 2014
Au cœur des arts, poèmes, éd. Académie rhénane, Strasbourg, 2014
L’insurrection poétique, poèmes, éd. Académie rhénane, Strasbourg, 2015
Ex, nouvelle, in Dimension New York 1, coll. Fusée, Rivière blanche, 2015
Dimension Moscou, coll. Fusée, Rivière blanche : direction de l’anthologie et poèmes-haïkus, 2015
Dimension fées, coll. Fusée, Rivière blanche : direction de l’anthologie et novelliste, 2016
Dimension cités italiennes, coll. Fusée, Rivière blanche : nouvelles « I merletti di Cenerentola » et « Venise, Europe », 2016
Dimension routes de légendes, légendes de la route, coll. Fusée, Rivière blanche : nouvelle « Na ! », 2017 (nominée pour le prix Rosny aîné 2018)
Vers d’eau, poèmes, éd. Académie rhénane, 2017
Dimension Brocéliande, coll. Fusée, Rivière blanche : direction de l’anthologie, 2017
Merlin et la fée des flashs, roman court, éd. Nutty sheep coll. One short : édition numérique 2017, édition livre 2018
Zoo des chimères, Argemmios éd, 2013 ; nouv. édition revue et augmentée, éd. Voy’el, 2018
Pour Merlin, nouvelle, in Dimension jardins, Rivière blanche, coll. Fusée. (à paraître en 2018)
Une nuit facétieuse, nouvelle, in Civilisation(s), anthologie, Les Vagabonds du Rêve (à paraître en 2018)

Et, pour conclure cette fiche, un lien vers une interview de Chantal réalisée à Nice Fictions par le Carnet enchanté.

Fiche Wikipédia
Fiche nooSFere
Fiche BDFI

Al Borgel

Planche Tom Awack – (c) Albert Borgel

Al Borgel a 45 ans. Il est marié et a deux enfants. Il vit et travaille à Nice.
Peintre, graphiste et auteur de BD, il écrit également des scénarios. Historien d’art et professeur d’arts appliqués pour l’Éducation Nationale, il est bibliophile, se passionnant pour l’histoire de la ligne claire.
Il travaille actuellement sur le Tom Awack 2 (The book edition) (western avec Paul Blanchot au scénario) et Muses, pont entre les arts plastiques et la BD.
Le Tom Awack 2  est en création « work in progress », partagée sur un blogue consacré hebdomadairement.
« Muses » est une expérience graphique et littéraire unique, poussant plus loin la frontière du roman photo et de la BD : elle est à partager ici.

Alexandre Schoedler

Alexandre Schoedler est un jeune auteur niçois de romans d’aventure qui mêlent histoire, archéologie, religion et ésotérisme. Son premier roman, sorti en 2009, s’intitule CODEX DEUS, sur les traces des secrets de Dieu et des Dieux. Suivent d’autres titres comme Dark-Secrets le prix du Sang et un recueil de 7 nouvelles fantastiques où le surréalisme cotoie le réel, intitulé S.E.V.E.N.
Alexandre Schoedler, qui est également photographe, expose ses photos d’art un peu partout dans le sud de la France ainsi qu’aux USA. Entre 2007 et 2014, il s’essaie au théâtre et en 2012 il fonde un groupe d’électro-pop-rock THE NEOSOUNDMACHINE, dont le premier concert live a lieu un an plus tard à St Laurent du Var. Il sort un disque avec son groupe et continue de composer pour un large public.
En outre, il anime depuis 2014 des ateliers d’écriture sur Nice et sa région, où il donne sa méthode, issue de son parcours depuis 2005, à ceux qui veulent devenir écrivains et être publiés.
Il a aussi écrit de nombreux articles pour des sites littéraires sur l’histoire secrète, les Templiers, les Royalistes et le monde de l’inexpliqué, dont certaines conférences multimédia, données de 2010 à 2015 au Muséaav (galerie d’art et de création audiovisuelle) de Nice, sont tirées.

Jean-Luc Boutel

À la lecture, voilà plus de trente ans, de La révolte des pierres de Léon Groc – édité en 1930 aux éditions de la Nouvelle revue critique –, Jean-Luc Boutel prit brutalement conscience qu’il existait en France, et ce bien avant les premières collections spécialisées, une multitude d’auteurs ayant œuvré, « dans le mépris le plus total », dit-il, à l’essor de la SF ; il s’agissait alors de littérature d’imagination scientifique, appelée plus communément « merveilleux scientifique ». Depuis la découverte de cet « admirable » roman de Groc, où l’homme se trouve confronté à une intelligence minérale, Jean-Luc se passionne pour toute cette littérature de l’imaginaire « qui ne doit sa survie qu’à une poignée de nostalgiques se battant avec acharnement pour la réhabilitation d’un genre depuis trop longtemps laissé en marge de la littérature ». Souhaitant prendre lui-même part à ce combat, il anime depuis quelques années un blog « Sur l’autre face du monde » et a créé le « Club des Savanturiers », sur un réseau social bien connu, afin d’ouvrir la discussion sur « ces héros de l’ombre, ces savants qui étaient souvent par la force des choses des explorateurs et des aventuriers ».
Jean-Luc Boutel est également l’auteur de divers articles dans des collections spécialisées, d’un roman, Sérénade Sélénite, paru aux éditions du Carnoplaste (écrit « en hommage à cette littérature au charme suranné ») et d’une nouvelle, L’invasion des hommes taupes, publiée dans l’anthologie Retro-fiction. La suite de son premier roman, devrait paraître cet été, toujours chez le même éditeur, sous le titre de Terreur Terrienne.

Fabien Legeron

Fabien Legeron mène de son propre aveu une double vie, ce qui indique qu’il doit y en avoir au moins quatre ou cinq.
Le jour tour à tour gribouilleur de textes (sur Lovecraft, le jeu vidéo, les films), photographe, filmeur de choses, script doctor, joueur de contre-bassine, fabricant d’objets inutiles, il mène de front toutes sortes de projets plus ou moins légaux et/ou illusoires en écriture, image, cinéma et son par la grâce de la mathématique pure, de la caféine et d’habitudes interlopes. Tout ça essaie d’être emballé avec une prédilection pour les cultures de l’imaginaire, au sens le plus large et le plus noble qu’on voudra lui prêter. On ne se gendarmera pas, alors, de voir se télescoper Lovecraft, Bloy, Carpenter, Ed Wood, Doug Stanhope, Alex de la Iglesia ou Seth Putnam dans ce gros foutoir qui lui sert de cabinet de curiosités. Bref, entre le goût et le bon goût, le choix fut fait il y a longtemps.
Mais la nuit, tel un Bruce Wayne de faubourg, il est… Fatigué !

Le site, crénom

Guilhem

Guilhem est un romancier français né à Reims en 1981.
À l’âge de 33 ans, à l’occasion d’une longue convalescence, il se consacre sérieusement à sa passion d’écrire et trouve en un an un éditeur pour son premier roman s’inscrivant dans le genre Soft SF et intitulé La plante verte. Il devient aussi scénariste et crée, avec le réalisateur Olivier Ziel, DonJon Legacy, une série digitale de Bad Fantasy qui commence à être diffusée en 2016.
Le chevalier à la canne à pêche, deuxième roman de Guilhem, s’inscrit dans la même veine créatrice, mais est une histoire bien distincte de cette série digitale. L’auteur s’amuse toutefois à faire s’y croiser des éléments et personnages des deux univers.
Actuellement, Guilhem travaille à l’écriture des suites de ses premières œuvres, à un roman de Space Opera, ainsi qu’à plusieurs autres projets romanesques ou scénaristiques. Pour être informé de ses actualités ou lui écrire un petit mot, vous pouvez le contacter sur les réseaux sociaux ou visiter son site.