Florentin Millour

Florentin Millour est Astronome Adjoint à l’Observatoire de la
Côte d’Azur au sein du laboratoire Lagrange. Il étudie les étoiles
évoluées à l’aide d’instruments infrarouges sur le Very Large Telescope
(VLT), et notamment son interféromètre (le VLTI). Il produit des images
des étoiles, ce qui n’est possible que grâce à l’interférométrie.

Daniela Rosso

Docteure en Préhistoire formée à l’Université de Bordeaux et à
l’Université de Barcelone, travaille sur l’origine des cultures
complexes et des comportements symboliques. Actuellement chercheuse
postdoctorale au CEPAM (UMR 7264, Université Côte d’Azur, CNRS), elle
étudie les premières preuves d’une utilisation de la couleur, dans
différents sites Paléolithiques en Afrique et en Europe. Passionnée par
l’ethnoarchéologie, elle s’est également intéressée à l’utilisation de
l’ocre par les femmes Hamar du Sud de l’Ethiopie.

Frédérique Rémy

Frédérique Rémy est directrice de recherche au CNRS,
spécialiste de l’Antarctique. En histoire de sciences, elle travaille
sur l’histoire de la glaciologie, notamment à travers la littérature.
Elle a publié plus d’une centaine d’articles dans des revues internationales et
écrit sept livres dont trois en co-auteur. Son dernier, le Monde givré, est
paru aux éditions Hermann en 2017.

Anthony Mémin

Anthony Mémin est maître de conférences à Université Côte d’Azur et géophysicien polaire. Ses recherches portent sur les déformations et les changements du champs de gravité terrestres en réponse aux évolutions passées et actuelles des calottes et des glaciers polaires.

Clément Perrin

Clément Perrin est chercheur post-doctoral à l’Institut de Physique du Globe de Paris. Son travail de recherche porte sur l’étude des propriétés des grands systèmes de failles et des séismes associés, sur Terre mais aussi sur Mars. Après avoir soutenu sa thèse en 2014 à Géoazur (Université de Nice), il poursuit ses recherches au Lamont Doherty Earth Observatory (Columbia University of New York). Revenu en France en 2017, il participe depuis à la mission InSight, qui vise à mieux comprendre la structure interne de la planète Mars grâce au sismomètre français SEIS.

Aurélien Crida

Aurélien Crida est maître de conférences à l’Université Nice-Sophia-Antipolis et à l’Observatoire de la Côte d’Azur, membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ses travaux de recherche portent sur la formation des (exo)planètes et de leurs satellites. Il est en particulier spécialiste du phénomène de migration planétaire, par lequel une planète change d’orbite via des interactions avec le disque de gaz et de poussière dans lequel elle se forme.

Aimant transmettre sa passion de l’astronomie, Aurélien Crida donne régulièrement des conférences grand public sur ce sujet. Passionné de bande dessinée, il a rêvé enfant avec les aventures de Tintin…

Agnès Fienga

Agnès Fienga est astronome à l’Observatoire de la Côte d’Azur.
A la suite d’une thèse soutenue à l’observatoire de Paris en 1999, elle entre dans cet établissement en tant qu’astronome-adjointe en 2002 après un séjour au Jet Propulsion Laboratory (NASA, USA) et au CNES (agence spatiale française, Toulouse). Elle rejoint par la suite l’observatoire de Besançon et enfin l’observatoire de la côte d’azur en 2013.

Son travail de recherche porte sur la construction et l’amélioration constante des modèles permettant de prédire les positions et vitesses des objets du système solaires avec une grande précision (de l’ordre de quelques mètres pour les positions et de quelques mm/s pour les vitesses). Ces modèles sont utilisés par l’Agence Spatiale Européenne, notamment pour les missions GAIA, Bepi-Colombo et Juice. Ils sont aussi utiles pour tester la relativité générale dans le système solaire de même que des théories alternatives de la gravité, pour déterminer des masses d’astéroïdes, apporter des éléments à l’étude du soleil et dernièrement délimiter les zones d’existence possibles pour la planète inconnue P9.

Elle donne régulièrement des conférences grand public tournées vers l’exploration du système solaire par les sondes spatiales et sur ce que ces dernières nous apprennent du mouvement des objets dans notre voisinage proche (jusqu’à 1500 fois la distance Terre-Soleil, soit environ 200 milliards de km).

Elle est également membre de l’union astronomique internationale, membre correspondant du Bureau des longitudes, expert au près du groupe de physique fondamentale du CNES et membre élue au conseil d’administration de l’observatoire de la côte d’azur.

Henri Broch

Henri Broch est fondateur de l’enseignement de Zététique et professeur émérite de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Physicien, né en 1950, il a mené des recherches en biophysique pendant de nombreuses années et ses travaux d’analyse conformationnelle quantique de biomolécules (segments d’ADN/ARN, collagène, agents anti-cancéreux ou radioprotecteurs) ont fait l’objet de nombreux articles dans des revues et ouvrages scientifiques internationaux.
Parallèlement à ces sujets, ce chercheur s’intéresse, depuis très longtemps, à tout ce qui touche au domaine du « paranormal » (parapsychologie, astrologie, médecines magiques, archéologie fantastique, thaumaturgie,…) et il a été nommé membre d’honneur d’institutions étrangères centrées sur ces questions. Il a également participé à un très large éventail de documentaires et d’émissions de télévision et radio dans plusieurs pays et a reçu le Distinguished Skeptic Award du C.S.I. Committee for Skeptical Inquiry, Etats Unis.

by Paul Lebrun

Il a lancé le « Défi Zététique International Broch-Majax-Theodor » qui, in fine, offrait 200.000 € à toute personne qui pourrait faire la preuve d’un phénomène « paranormal », quel qu’il soit. Ce Prix-Défi a reçu 264 candidatures pendant ses 15 années d’existence et aucun des médiums ou sujets-psi testés n’a produit quoi que ce soit de paranormal.

Henri BROCH a créé dans les années 1980 le premier enseignement universitaire de Zététique et a donné de très nombreuses conférences à l’invitation d’organismes variés. Il est l’auteur de plus de 150 publications et de 9 ouvrages parmi lesquels « L’Art du Doute ou comment s’affranchir du prêt-à-penser », « Devenez sorciers, devenez savants » (avec G. Charpak), « Les secrets des sorciers » (la méthode scientifique expliquée aux enfant), ou encore :
« Au Coeur de l’Extra-Ordinaire », éd. Book-e-Book, ouvrage sans aucun équivalent, qui traite de l’ensemble des phénomènes dits paranormaux.
Georges CHARPAK : « Un beau travail, fort salubre ».
« Comment déjouer les pièges de l’information », éd. Book-e-Book, ouvrage qui définit les Règles d’Or de la Zététique.
STROMAE : « Mon livre de chevet ». « C’est le livre qui m’a le plus marqué »

Henri Broch est, avec le réalisateur Patric Jean, coauteur de Lazarus-Mirages, expérience transmédia de diffusion de la culture scientifique, et des deux films « Les pouvoirs de l’esprit » et « Les miracles religieux ».

Sa devise : Le droit au rêve a pour pendant le devoir de vigilance.

Pour une biographie un peu plus complète : sites.unice.fr/site/broch/broch.html

Pour les ouvrages de l’éditeur de la Zététique (parmi lesquels on trouvera « Homo obsoletus ? » d’Isaac Asimov, un inédit en français) : www.book-e-book.com

Éric Lagadec

eric lagadecAprès une maîtrise à l’Université de Bretagne Occidentale, à Brest, puis un DEA en astronomie, à Nice, Éric Lagadec soutient à vingt-cinq ans sa thèse de doctorat en Sciences de l’univers (Apport des observations infrarouges pour l’étude de la perte de masse des étoiles évoluées, Université Nice Sophia Antipolis, 2005). Il travaille ensuite pendant quatre ans à l’université de Manchester (Department of Physics and Astronomy), avant de poser provisoirement ses valises à Munich, en 2009. En 2013, il passe une année à l’Université Cornell d’Ithaca, dans l’État de New York. Il est actuellement en poste à l’observatoire de la Côte-d’Azur de Nice.

This picture of the nebula around a rare yellow hypergiant star called IRAS 17163-3907 is the best ever taken of a star in this class and shows for the first time a huge dusty double shell surrounding the central hypergiant. The star and its shells resemble an egg white around a yolky centre, leading astronomers to nickname the object the Fried Egg Nebula.

Deux coquilles de gaz s’étendent autour de l’étoile hypergéante jaune IRAS 17163-3907 . Photo ESO

En 2011, il observe en infrarouge depuis l’Observatoire de Cerro Paranall, dans le désert d’Atacama, au Chili, une étoile « hypergéante » (l’étoile IRAS 17163-3907). Celle-ci avait déjà été identifiée en 1976, mais Éric Lagadec découvre, en recoupant les données recueillies avec d’autres collègues chercheurs, qu’elle est en fait quatre fois plus éloignée et seize fois plus brillante qu’on ne le pensait et, surtout, vingt à trente fois plus massive, mille fois plus grande et cinq cent mille fois plus lumineuse que le Soleil lui-même : une étoile d’un type rarissime, une hypergéante jaune, dont seuls quelques exemples sont connus dans la galaxie.

LD Puppis-Lagadec

Observation de L2 Puppis (par Sphere, système optique adapté sur le VLT – very large telescope)

En juin 2015, Éric Lagadec et deux autres astrophysiciens, Pierre Kervella et Miguel Montarges, publient l’image d’une étoile mourante (L2 Puppis, l’étoile géante rouge la plus proche de notre planète – à un peu plus de deux cents années-lumière), dont l’étude permet de mieux comprendre la mort des étoiles, le cycle de leur évolution et la formation des atomes ; les données récupérées donnent d’ores et déjà un aperçu du sort réservé à notre soleil, dont la fin de vie est estimée dans cinq milliards d’années. L’e-ELT (« european extremely large télescope »), un nouveau télescope de quarante mètres de diamètre, dont l’entrée en service est prévue pour 2024, permettra de poursuivre au mieux l’observation de cette étoile…

Cédric Jacob

Cédric Jacob

Cédric Jacob – Photo Philippe Fiammetti – Nice-Matin 2011

Cédric Jacob est docteur en Sciences de l’Univers, formé à l’Université de Nice et à l’Observatoire de la Côte d’Azur, et animateur scientifique de l’Association d’astronomie de l’Université de Nice Sophia-Antipolis, Aquila. Depuis 2001, celle-ci propose régulièrement des séances d’initiation et d’approfondissement en astronomie et astrophysique, des conférences publiques gratuites ainsi que des observations du ciel.
Cédric Jacob est aussi professeur de mathématiques et sciences physiques au Lycée Les Eucalyptus de Nice et animateur du club d’astronomie dans cet établissement.
Également poète, Cédric est l’auteur du recueil de poésies De Science et d’Idéal – En attendant l’éveil, publié aux éditions Mélis (prix Alain Lefeuvre décerné par la ville de Nice en 2007). Infatigable passionné de Charles  Baudelaire, il aime également à organiser des conférences liant la science à la poésie (« Astronomie et poésie », « La place de l’Homme dans l’Univers », etc.).