Éric Medjad

eric medjadÉric Medjad, anthropologue intégré à l’IRSA-CRI, un laboratoire de l’Université de Montpellier 3, est actuellement le seul chercheur en Europe à travailler sur la genèse de la performance des structures collectives en prenant en compte l’influence de la « culture locale » (environnement social, historique et économique, comportements séculaires des hommes face aux crises) : pour lui, une société ne réalise de la haute performance que si elle est en phase avec sa « culture locale ».

Extrait du résumé de la thèse de doctorat d’Éric Medjad, soutenue en 2011 à Montpellier 3 : « Le territoire et la performance sportive de haut-niveau : étude anthropologique des succès de l’OGC Nice du stade brestois 29 »  :

« […] Le Kairos reçu des dieux est ce moment particulier qui marque le début de leurs performances [ndlr : les performances des clubs de football]. Les matches deviennent des rites sportifs dont le but est d’accéder au sacré. […] La puissance qui passerait de la société à l’équipe n’est que la prise de conscience du joueur qu’il peut mobiliser sa propre puissance de concert avec ses partenaires. La saison sportive est ainsi une perpétuelle reconstitution de la société avec, semble-t-il, comme canevas les contes et les mythes. Elle devient l’incarnation d’un imaginaire qui s’appuie sur l’affectivité humaine pour exister. L’homme est en quelque sorte un territoire où l’imaginaire se lie au réel : il est un champion qui s’ignore et qui ne le découvre qu’en saisissant le Kairos. »

Pour en savoir plus

Gilles Bogaert

BogaertGilles Bogaert, physicien CNRS et historien des sciences, est chercheur dans l’équipe Virgo de l’Observatoire de la Côte d’Azur, sur la détection des trous noirs. Il est aussi responsable du programme Culturel Science et Expériences en physique de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Il a, par ailleurs, récemment effectué des recherches sur les débuts de l’Observatoire de Nice et les rêves de progrès de ses créateurs et publié (aux Éditions Mémoires Millénaires) un ouvrage à ce sujet : La Vitesse de la lumière, Nice au cœur de l’histoire, traitant de cette vitesse – découverte 200 ans plus tôt par Cassini et encore mal connue – qui faisait l’objet de controverses entre la France et les États-Unis ainsi que des débuts de l’astronomie sur la Côte d’Azur.

La vitesse de la lumière_BAT.indd

Philippe Stee

philippe_steePhilippe Stée, actuellement directeur du Laboratoire Lagrange, est un spécialiste des étoiles massives et de l’interférométrie optique. Après des études à l’Université d’Orsay (Paris XI), il obtient, dès 1995, un doctorat en Astrophysique et techniques spatiales à Paris VII puis une habilitation à diriger les recherches.

Il a occupé plusieurs fonctions administratives et scientifiques au sein de diverses instances locales et nationales (Comité de spécialistes, Conseil scientifique et d’administration de l’OCA, Directeur du Programme National de Physique Stellaire).

Plus récemment, il a été membre élu au sein du Comité National du CNRS (CoNRS) en section 17 (Astronomie et Astrophysique). Il a précédemment dirigé l’équipe de Physique stellaire et Solaire (ESOM) qui est une des plus grosses équipes du laboratoire Lagrange.

Le Laboratoire Lagrange est un laboratoire pluridisciplinaire regroupant des équipes d’astrophysique (planétologie, physique stellaire et solaire, galaxies et cosmologie), de mécanique des fluides et de traitement du signal et images. Elles sont actuellement réparties entre le site du Mt Gros et le campus Valrose à Nice. Des compétences transverses en instrumentation pour l’observation astronomique à haute résolution spatiale et en calcul à haute performance sont au cœur des capacités des équipes pour le développement de nouvelles théories et modèles et leur confrontation à des observations acquises sur les grands télescopes au sol et dans l’espace.

Le laboratoire Lagrange est notamment à la tête d’un consortium européen développant MATISSE, un instrument de seconde génération pour l’interféromètre VLTI de l’ESO. Il est également impliqué dans plusieurs missions spatiales, particulièrement dans la mission Gaia de l’ESA – avec un rôle majeur dans le traitement et l’analyse des données –, dans la mission Euclid et dans le projet Marco Polo-R visant le retour d’échantillons d’un astéroïde.

Emmanuel Ardichvili

E ArdichviliEmmanuel Ardichvili a commencé à écrire il y a quelques années, dans le but d’offrir à sa fille un livre « fait maison » pour ses douze ans. Depuis, les textes se sont succédé ; La Tour, son premier roman publié, paraît aux éditions Sombres Rets en mai 2015. Ingénieur de formation et lecteur passionné de science-fiction, il espère stimuler l’imagination de ses jeunes lecteurs avec cette aventure menée tambour battant, tout en promouvant certaines valeurs qui lui sont chères : curiosité intellectuelle, conscience environnementale, amitié.

La Tour-Ardichvili

Thierry Scordino-Huguenot

Né en 1964, Thierry Scordino-Huguenot est un animateur scientifique niçois, spécialisé en histoire et technologies de l’astronautique.
Il préside l’association « Le Cosmophile », créée en 2008 à Nice. Celle-ci propose un large éventail d’animations permettant à tous, débutants comme confirmés, de pénétrer dans le monde fascinant des sciences, techniques et technologies de l’astronomie et de l’astronautique.

cosmophile_1Les animations scolaires, du CE1 à la terminale, s’effectuent dans le respect des programmes de l’Académie et en rapport avec les cours des instituteurs et des professeurs.
Les animations de loisirs, quant à elles, s’adressent aux enfants comme aux adultes.  Des ateliers et des animations leur offrent une approche ludique, prouvant par là-même que les sciences et technologies de l’astronomie ne sont, en fin de compte, pas si compliquées…

Du 14 au 21 avril 2016, la Ville de Nice et l’association Le Cosmophile organisent La Semaine de l’Astronomie 2016 – 8ème édition ayant pour thème « Les rêveurs… De la science-fiction à la réalité », en hommage à Jules Verne.

Au programme de cette 8ème édition : conférences, ateliers, visites de l’Observatoire de Nice, séances de planétarium, soirées d’observation et projections.
À noter : la projection de la conférence que Richard Taillet nous a fait le plaisir de donner à Nice Fictions en 2015, « L’apesanteur dans le films de science-fiction ».

Site internet du Cosmophile
Site internet de la semaine de l’astronomie

Jean-Marc Lévy-Leblond

photoJMLL(sept2015)Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, épistémologue et essayiste, est Professeur émérite de l’université de Nice et ancien directeur de programme au Collège international de philosophie. Il est également directeur des collections scientifiques au Seuil, et de la revue Alliage (culture, science, technique).

Il est, par ailleurs, auteur de nombreux articles de recherche en physique théorique (relativité, quantique), ainsi que de plusieurs essais sur la place et le rôle de la science dans la culture (et réciproquement).

Il a récemment publié :
La science (n’)e(s)t pas l’art (Éditions Hermann – 2010)
Le grand écart (la science entre technique et culture),
Manucius (2012)
La science expliquée à mes petits enfants (Éditions du Seuil -2014).