News from Nowhere… An epoch of rest ?

Pour causer de tout ce qui ne trouve pas sa place dans les autres sections.
Sybille
Messages : 154
Inscription : mer. 21 déc. 2016 20:13

News from Nowhere… An epoch of rest ?

Message par Sybille » mer. 25 mars 2020 12:15

Nouveau billet sur le blog d'Ugo Bellagamba : https://ugobellagamba.wordpress.com/202 ... ch-of-rest
Alors, s’il vous plaît, cessez de croire que les temps actuels sont un obstacle à l’Imaginaire, ne dites pas à vos enfants qu’ils n’ont pas le choix, qu’ils ne peuvent pas s’évader, entre deux cours à distance, qu’ils doivent accepter le confinement. Pourquoi serait-ce un devoir, lorsqu’il est possible d’en faire un choix ? Ils en ont tout comme vous la possibilité, simplement en prenant un livre, ou en se laissant aller à la rêverie, ou encore en se plongeant véritablement dans leurs leçons, avec l’envie d’y trouver quelque chose de passionnant. Il nous faut réapprendre à domestiquer, au sens le plus littéral, le temps. Pourquoi avoir peur de l’incertitude, voire de la peur elle-même ? Notre maison, notre appartement, deux pièces, ou studio, est notre vaisseau, et nous en avons, jusqu’à preuve du contraire, les commandes. Le domicile va là où l’âme et le coeur de ceux qui y vivent le dirigent : vers la joie d’un repas partagé, d’un jeu de société ou d’un concours improvisé, d’un film à revoir, de photos à classer, de musique à écouter, et bien sûr, de moments délicieux où, chacune et chacun, s’isole, se confine à l’intérieur de lui-même, dans cette introspection, magnifique et nécessaire qui, nous mettant face à nous-mêmes, nous rappelle que nous ne sommes jamais seuls, puisqu’en perpétuel dialogue. Il faut aimer le soir qui se calme, il faut révérer le matin tôt, dans le silence d’une maison qui s’éveille. Et, goûter, avec son café, son thé, son verre d’eau, cette rêverie qui nous saisit en amont du jour, car, habituellement, nous la remplaçons par un déplacement hâtif, empressé, une course pour aller à sa séance de sport, de danse, de théâtre, de relaxation, pour créer artificiellement les conditions d’une liberté dont nous n’osons plus nous servir sans être accompagnés.

Répondre