Hélène Cruciani

Hélène Cruciani a un petit côté collectionneuse de diplômes. C’est ainsi qu’elle fut ingénieure chez Amadeus avant de se tourner vers le théâtre pour le plaisir des mots et des images à travers le jeu et la mise en scène. L’occasion idéale pour obtenir, cette fois, une maîtrise d’Arts du Spectacle et écrire dans la foulée un spectacle de marionnettes pour enfants, Barbaouate, qu’elle crée et joue pendant quelques années dans les Alpes Maritimes.

Mais comme l’envie d’apprendre se fait toujours sentir et que les diplômes, c’est bien gentil, mais qu’il serait plus amusant de changer un peu, Hélène se lance dans l’écriture d’un roman, qu’elle voit bientôt publié aux éditions Griffe d’Encre : Expéron, une science-fiction bien dans la veine d’Huxley, soulevant nombre de questions d’éthique, notamment sur le progrès scientifique et le droit à la maternité. S’ensuivent des nouvelles : Gentille mamie dans l’anthologie Aube & crépuscule puis Du mystère dans l’air, dans l’anthologie Élément II : L’Air (toujours chez Griffe d’Encre), Un fâcheux oubli, publié en ligne par Les Vagabonds du Rêve, Une nuit sans étoiles, dans l’anthologie Nice Parallèles (NF) et Amour quantique dans Galaxie n°49 (édition numérique).
Son roman d’anticipation 11 septembre 2061 (Éditions Néreïah) remporte en 2016 le Prix Imaginéreïah (Prix La Cour de l’Imaginaire).  En  mai  2018, les éditions RroyzZ publient son recueil de nouvelles Traîtrises sidérales, qui regroupe trois des nouvelles ci-dessus ainsi que cinq nouvelles inédites.

Couverture : Zariel