Tables rondes 2016

Consultez le programme complet


VendrediSamediDimanche


Plan d'accès et photos SJA a retravailler!Vendredi 22 avril

13h30 – Table Ronde « Créateurs d’Univers »
La science-fiction, depuis ses origines, cartographie les autres mondes et, bien souvent, nous ouvre les clefs d’univers à part entière, riches de centaines, de milliers de mondes. Fondation, Dune, Helliconia, la Culture, l’Ekumen, Alastor, ​Omale, ​Hyperion​,​ les exemples sont légion. Mais qu’est-ce qui fait ​la beauté de ces créations ? Qu’est-ce qui nous les rend inoubliables ? Le nombre et la diversité des planètes ? L’originalité des cultures et des civilisations qu’elles abritent ? Que cherchent les créateurs d’Univers ?
Intervenants : Sybille Marchetto (modératrice), Laurent GenefortLaurence Suhner Jean-Sébastien Guillermou et Christophe Dougnac


17h00 – Table ronde « Dans l’océan de la nuit : l’exploration spatiale, entre défi scientifique et voyage au long cours »
L’exploration de l’espace n’est pas uniquement un rêve de science-fiction. L’alunissage de 1969 était marqué par le contexte de la guerre froide autant que par une ambition d’exploration, mais le rêve scientifique a survécu à l’enjeu politique : les missions spatiales se sont multipliées, les technologies se sont améliorées et l’exploration s’est poursuivie, par robots interposés. Et si, finalement, le temps des grands navigateurs qui s’élancent à l’assaut des océans du ciel, était devant nous ?
Intervenants : Eric Picholle (modérateur), Richard Taillet, Cédric Jacob, Laurence Suhner et Nicolas Sarter.


17h00 – Tables ronde « Afrique(s) : rivages imaginaires »
L’Afrique, terre de contes et de légendes, fascine l’occident, autant qu’elle l’effraie.
Elle a été l’objet de nombreux récits d’auteurs occidentaux, du carnet de voyage aux romans de science fiction, souvent avec une approche teintée d’ethnologie et marquée par l’histoire coloniale et les fantasmes orientalistes du vieux continent.
Où donc étaient les auteurs d’imaginaire d’Afrique ?
Se pouvait-il que le réel leur tienne lieu de dystopie ou que la dureté de la vie quotidienne mine l’énergie de rêver ? D’aucuns prétendirent que ces littératures seraient typiques des pays dits développés.
Depuis le tournant du nouveau millénaire, pourtant, des auteurs africains de premier plan émergent dans les domaines de la fantasy ou de la science-fiction.
Dans un continent que beaucoup estiment sans avenir, des auteurs interrogent le futur et réinventent l’imaginaire…
Intervenants : Pierre Gévart (modérateur), Nicolas Barret, Ketty Steward, Dounia Therond et Léo Lallot


Samedi 23 avril

10h30 – Table ronde « Les archipels narratifs ou l’art d’écrire des recueils de nouvelles »
Entre la nouvelle et le roman, il y a une autre alternative que l’on oublie trop souvent d’évoquer : le recueil, cet ensemble de textes courts qui porte en lui l’ambition d’un roman à part entière sans jamais céder un pouce de terrain aux exigences serrées de la nouvelle. ​Peu d’auteurs s’y engagent véritablement, parce que, bien souvent, on dit que le recueil se vend mal. Mythe d’éditeur ou fantasme d’écrivain ? Peut-être que s’ouvre enfin l’âge d’or de ces archipels narratifs, où chaque île est différente et, en même temps, participe d’un même univers.
Intervenants : Sybille Marchetto (modératrice), Nathalie Dau, Karim Berrouka, Sylvie Denis et Ketty Steward


13h30 – Table ronde « Le Planet Opera, cartographie amoureuse des îles de l’espace »
Pour ceux qui préfèrent la destination au voyage en lui-même et, tels des Christophe Colomb, n’attendent que le moment de prendre pied sur une grève inconnue, le Planet Opera a des charmes incomparables. Après tout, qu’est-ce que l’espace, sinon le vide qui sépare les mondes ? Cartographier Tschaï, dompter Dune, explorer Majipoor, devenir un enfant de Mars, vivre à la surface de Titan, ​voilà des projets exaltants ! Et si les plus belles îles étaient celles, précisément, où il n’est besoin de rien emporter avec soi ?
Intervenants : Pierre Gévart (modérateur), Philippe Monot, Laurent Genefort et Laurence Suhner


13h30 – Table ronde « 7ème continent de plastique et univers post-apocalyptiques : les rivages du désastre »
Des inondations punitives provoquées par les dieux aux catastrophes naturelles ou technologiques, les désastres ne laissant du monde qu’une poignée de rivages reculés ou empoisonnés ont de tous temps peuplé les littératures de l’imaginaire. À l’heure où ces mises en garde ou visions prophétiques se multiplient sous la plume inquiète des auteurs, le lecteur du XXIe siècle parviendra-il encore à savourer leurs récits sans trembler ? Car en lieu et place du 7ème continent tant imaginé dans les œuvres de SFFF a surgi dans la réalité de nos océans exsangues un vortex de plastique et de déchets qui à première vue n’a rien d’un nouvel eldorado… Deviendra-t-il malgré tout un fascinant terrain d’expérience ?
Intervenants : Hélène Cruciani (modératrice), Jean-Luc Gautero, Yannick Rumpala et Sébastien Tissandier


15h00 – Table ronde « Rivages du passé, rivages du futur… »
Les rapports entre histoire, préhistoire, ethnographie, anthropologie et littérature de l’imaginaire sont multiples. On pense immédiatement aux voyages dans le temps, mais aussi aux récits historiques fantastiques. Comment restitue-t-on les sociétés et événements du passé ? Quels sont les enseignements de l’ethnographie pour reconstituer des sociétés crédibles ? Autant de questions qui, depuis la Guerre du Feu de Rosny aîné, se posent à l’auteur de SFFF. Et si la frontière entre fantasy et roman historique était moins nette qu’il n’y paraît ?
Intervenants : Olivier May (modérateur), Hélène Cruciani, Ketty Steward, Li-Cam et Nathalie Dau


17h00 – Table ronde « Pirates ! »
Ah, les joies de la piraterie ! Quitter la terre ferme et devenir des écumeurs des mers, n’est-ce pas, au fond, ce dont nous rêvons tous ? Partir à l’abordage des belles caravelles richement dotées, narguer des monarchies, rançonner des ports, explorer des îles inconnues, affronter les plus étranges des monstres marins et, après avoir amassé des tonnes d’or et tutoyé les confins du monde, finir sa course au Davy Jones’ Locker, le bar des abysses, pour trinquer avec les fantômes grimaçants des équipages perdus en haute mer. D’ailleurs, science-fiction et fantasy ne seraient-elles pas, au fond, une forme de piraterie littéraire, elles qui n’hésitent pas à défier sous l’étendard de l’audace tous les rois, tous les puissants ?
Intervenants : Léo Lallot (modérateur), Jean-Sébastien Guillermou, Philippe Monot et Olivier Sanfilippo


Dimanche 24 avril

10h30 – Table ronde « Les nouveaux rivages de la littérature imaginaire en francophonie »
À chaque génération, l’imaginaire se réinvente. Il absorbe et transforme de nouvelles crises, de nouveaux rêves. Dans un monde plus complexe et plus incertain que jamais, la francophonie ne doit pas être envisagée comme une terre assiégée, mais, au contraire, comme l’un des plus beaux espaces de diversité. Qui sont les nouveaux auteurs qui, de Bruxelles à Paris, en passant par Montréal et Genève, nous proposent des rêves divergents sous la bannière d’une même langue ?
Intervenants : Chantal Robillard (modératrice), Olivier May, Laurence Suhner, Li-Cam, et Jean-Sébastien Guillermou


10h30 – Table ronde « Où sont passés les enfants d’Ulysse ? »
L’Odyssée d’Ulysse, « le héros aux mille tours », qui, à la suite de la guerre de Troie, erre en Méditerranée et aborde, avec ses compagnons, des rivages périlleux et inconnus, où il affronte tour à tour le Cyclope, Circée, Charybde et Scylla, les sirènes et les dieux, et surtout lui-même, avant de retrouver son foyer et sa patrie, Ithaque, est le modèle indépassable de toutes les épopées, de tous les récits de voyages imaginaires ; au fond, le premier de tous les opéras de l’espace. Mais, la science-fiction d’aujourd’hui, plus préoccupée de vraisemblance scientifique que d’émerveillement, n’a-t-elle pas un peu oublié son héritage ? À moins qu’il ne s’agisse encore d’une de ses ruses brillantes…
Intervenants : Ugo Bellagamba (modérateur), Pierre Gévart, Paul Carta et Laetitia ‘Nydenlafée’ Combe


13h30 – Table ronde « Histoire d’îles : petite anthropologie de l’insularité chimérique »
Que l’on aborde Atlantide ou Utopie, Avalon ou les délices de Capri, en passant par Cipangu ou Taprobane, souvent l’île donne matière au rêve ou à la réflexion – ou au cauchemar, lorsqu’il s’avère qu’elle abrite monstres, cannibales ou savants fous, voire tout ça à la fois, sans oublier la bonne vieille île déserte des robinsonnades. Terres d’aventures et d’exotismes par excellence, microcosmes propices aux expérimentations les plus folles, lieux de relégation, de vendettas ou de solitude, l’insularité a toujours entretenu d’étroits rapports avec les littératures de l’imaginaire.
Intervenants : Léo Lallot (modérateur), Éric Medjad, Olivier May et Ugo Bellagamba.


13h30 – Table ronde « La Mer dans l’imaginaire vernien »
Les voyages extraordinaires, c’est bien connu, sont une révision générale des cinq continents, détaillant, au fil de récits dynamiques, les plus hauts sommets et les plus vastes plaines du monde. Mais le Jules Verne géographe, le Jules Verne cartographe, le Jules Verne naturaliste ne doivent pas nous faire oublier le Jules Verne marin, navigateur, voire océanographe. Des raids vengeurs du Nautilus à la traversée des enfants du capitaine Grant, la mer n’est-elle pas, au fond, le trait d’union de tout l’imaginaire vernien ?
Intervenants : Pierre Gévart (modérateur) et Thierry Scordino-Huguenot


15h00 – Table ronde « Les rivages utopiques : de Thomas More à The Island »
Toutes les utopies ne sont pas des îles, mais toutes recherchent l’insaisissable rivage de l’idéal… ou dessinent les côtes de nos pires cauchemars sociaux. Depuis le texte fondateur de Sir Thomas More, il est révélateur que nous abordions sans cesse à l’Utopie, comme si elle pouvait constituer un refuge, une réponse, la résolution de tous les conflits du monde. Après l’Utopie, la Nouvelle Atlantide, la Cité du Soleil, Océania, viennent tant d’autres îles, tant d’autres rivages.
Au XXe siècle, les lendemains ont déchanté et les idéaux utopiques se sont heurtés durement au réel, il semble que notre époque soit celle des désillusions et du désenchantement. Est-ce une fatalité ? Derrière l’utopie, au-delà des dystopies, la question ne reste-t-elle pas toujours la même : que faire de nos idéaux ?
Intervenants : Nicolas Barret (modérateur), Aldo Pappacoda, Ugo Bellagamba et Jean-Luc Gautero


17h00 – Table ronde « L’observatoire de Nice, entre science et fiction »
Depuis Uraniborg, l’Observatoire de Tycho Brahé jusqu’au Very Large Telescope du Chili, en passant par le radio-télescope d’Arecibo, immortalisé dans « Contact » de Carl Sagan​, l’astronomie et la science-fiction ont toujours fait bon ménage. Nice, ville d’imaginaire, ne pouvait que s’enorgueillir d’un observatoire exceptionnel, tant sur le plan de l’histoire des sciences que sur celui de l’inspiration des rêves. Venez faire le plein d’étoiles et découvrir la vitesse de la lumière et tous les secrets de la Grande Coupole.
Intervenants : Ugo Bellagamba (modérateur), Gilles Bogaert, Cédric Jacob, Thierry Scordino-Huguenot, Eric Lagadec et Éric Picholle


17h00 – Table ronde « Les rivages numériques, des cyberpunks aux transhumanistes »
L’humanité a changé, autant de fois que le monde. Les cyberpunks nous dépeignaient un monde sclérosé, dans l’impasse, et faisaient des champs numériques un refuge ou une prison ; les transhumanistes, eux, rêvent d’un monde libre aux possibilités infinies, où l’humain se serait réinventé en écheveau de mémoires et d’extensions. Entre les deux, la réalité est là : nous sommes les migrants du numérique, à la fois hagards et déterminés. Nous lisons dématérialisés, nous rêvons pixellisés.
Qu’est devenu, pour nous, l’acte de lire ?

Intervenants : Sybille Marchetto (modératrice), Paul Blanchot, Pierre GévartJean-Marc Levy-Leblond et Florent Naud