Antoine Tran

L’écriture et moi, c’est une histoire d’amour compliquée. Nous nous sommes rencontrés bien banalement, dans mes jeunes années : je me rappelle vaguement une histoire que j’ai écrite en CP où il était question de souris, d’un chat et d’un micro-ondes. Voilà pour les débuts, et puis on s’est quittés très vite, elle et moi. Je n’ai plus rien écrit avant le lycée, mais alors c’est parti dans tous les sens : j’ai écrit de la fantasy, j’ai écrit sur des zombies, j’ai commencé de sagas dont il a bien fallu qu’on avorte, elle et moi ; je me suis essayé à la littérature blanche, à la poésie, et, brièvement et de manière éhontée à l’époque, à l’écriture de chansons ; je me suis frotté à tout type de formats, de la micro-nouvelle de quelques lignes au roman-fleuve de trop de pages.
Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec le format court, et il m’arrive de flirter, quand j’écris effectivement, ce qui se fait par périodes et plus ou moins aléatoirement, aussi bien avec le monde de l’imaginaire qu’avec celui de la littérature blanche, selon l’humeur et selon les moments, qui vont et viennent, comme tout, comme elle.
Une histoire d’amour compliquée, oui.

Antoine est au sommaire de Rouge, l’anthologie des Vagabonds du Rêve à l’occasion de #NiceFictions2019.

Émilie Querbalec

Portrait Camille par Méli 22.01.2014 (5) 2

Après un passage convenu en prépa littéraire, Émilie Querbalec étudie la photographie, les langues orientales et l’histoire de l’art, avant d’exercer divers métiers qui n’ont pour seule vocation que de nourrir sa passion pour le voyage. Dans sa marmite, elle mélange allègrement les genres, avec tout de même une prédilection pour le fantastique et la SF, selon son humeur.

Son premier roman, Les Oubliés d’Ushtâr, a paru en mai 2018 chez Nats Éditions.

Nouvelliste, elle a publié :

    • La Reine de Zangalar en 2014
    • Paris Paradis dans l’anthologie Dans les villes du futur chez Arkuiris 2018
    • Le Prix du sang dans l’anthologie Rouge chez les Vagabonds du Rêve 2019

Site officiel

 

Amélie Bousquet

Née en 1985, Amélie Bousquet commence à créer des mondes et des histoires dès l’âge de six ans. Dévoreuse de livres et toujours en quête de nouvelles aventures, c’est dans la bibliothèque de son frère qu’elle découvre un monde où le rêve illumine la réalité : la Fantasy.

Après des études de commerce peu stimulantes et un diplôme en métiers du livre, elle décide de se consacrer à l’écriture et aux multiples histoires qui peuplent son imaginaire. Découvrant petit à petit le monde de la SF via Isaac Asimov, Tim Powers ou Frank Herbert, et grande admiratrice d’Alain Damasio, elle développe une écriture imagée, poétique et teintée de philosophie.

Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées en revues ou anthologies (L’encrier renversé, Etherval, Arkuiris, Rivière Blanche…)

La dernière, Sang-Monde paraît dans l’anthologie Rouge aux vagabonds du rêve en 2019.

Catherine Dufour

Je crois avoir rencontré en Catherine Dufour la plus grande lectrice imaginable, de ces lecteurs que rien ne rebute, qui font profession de se nourrir intellectuellement afin de créer à partir de l’enrichissement qu’on gagne à découvrir autrui. Et cela dans un échange incessant avec les autres, les autres étant les écrivains, mais aussi tous ses semblables humains. Elle est informaticienne en bibliothèque, chroniqueuse littéraire au Monde diplomatique pour ceux qui veulent savoir ce qu’elle a pu lire dernièrement, et enfin animatrice d’ateliers expérimentant le futur.
Si vous avez eu l’occasion de flâner sur un marché africain, soit au Burkina Faso, soit à Madagascar, vous avez eu la chance de rencontrer la création entre les mains de très jeunes artisans (bols et cuillères tirés de courges non comestibles, voitures, taxi brousses miniatures découpés dans de vieux bidons de fer blanc… le tout à la fois fonctionnel, fonctionnant et d’une poignante poésie, sans parler de leur beauté et de leurs couleurs).
Eh bien, c’est ce que l’on ressent en lisant Catherine Dufour, une très belle chance, car on la voit recycler inlassablement la littérature en la taillant dans toutes les dimensions de la réalité, méditer activement, créer en marchant… Et produire des joyaux dérangeants et fascinants.
Qui rencontre-t-on au détour du bois, vraiment le grand méchant loup facile à berner ? Qu’est-ce qu’être vivant ? L’ordre dominant et patriarcal sublimé dans la littérature et les contes pourrait-il être questionné ? Oui. On le voit dans le Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses (chez Fayard en 2014) et au Livre de Poche (2015) ou comment participer pragmatiquement et poétiquement au long combat pour la libération des femmes asservies au rôle de princesses par la société toute entière.
Ses romans et nouvelles du genre imaginaire sont un long cheminement, écrits au fil de la réflexion de toute une vie d’autrice active et passionnante, et revisitent pour un grand ménage impitoyable et très poétique à la fois, les mythes de la fantasy, des contes populaires, de la science fiction dystopique et dernièrement, du fantastique… Impossible de la coincer dans un sous genre, elle les féconde tous.

Dounia Ch.

Quelques titres de fantasy et SF pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore :

  • L’Accroissement mathématique du plaisir au Livre de Poche 2008 (recueil de nouvelles), Bélial 2008, Grand Prix de l’Imaginaire 2008
  • Quand les Dieux buvaient (série), Nestiveqnen en 2001 (Prix Merlin), repris et réécrits, Livre de Poche (2008 et 2009)
  • Blanche Neige et les Lance-missiles, 2008
    Réédition avec réécriture des deux premiers tomes en un seul livre de poche
  • Blanche Neige contre Merlin l’enchanteur, 2009
    Réédition avec réécriture des deux derniers tomes en un seul livre de poche
  • Le goût de l’immortalité, Mnémos 2005, Prix Bob Morane 2006, Grand prix de l’Imaginaire 2007 (mon préféré je l’avoue)
  • Outrage et Rébellion, Livre de poche 2012 et Denoël 2009
  • Entends la nuit, L’Atalante 2018

Site officiel
Page Wikipedia

Mélodie BD

Après avoir dévoré la bibliothèque familiale, Mélodie s’est rendue à l’évidence : notre monde est bien plus vaste qu’il n’y paraît ! Alors, dès son plus jeune âge, elle a couché sur papier ce qu’elle voyait dans ses rêves. Plusieurs univers, et grand nombre d’êtres fantastiques qui les peuplent, se mêlèrent peu à peu à son quotidien.
Un pied sur Terre et la tête dans la Lune, Mélodie jongle entre créatures de l’imaginaire et vie réelle. Directrice de crèches depuis 2011, modératrice, puis administratrice pour le forum L’atelier des Scribtonautes depuis 2016, la trentenaire ne s’arrête pas là. Portée par ses premières publications, elle rejoint l’équipe de Reines-Beaux et devient codirectrice éditoriale. Toujours plus désireuse de faire partie du monde du livre, elle crée son entreprise de corrections, sobrement intitulée Corrections d’Enfer.
Lorsqu’elle ne s’occupe pas de tout ceci, Mélodie se laisse porter à dos de dragon dans des contrées encore inconnues, s’aventurant même dans l’espace…

2019 : à paraître, « Au milieu des loups », une novella chez Alter Real
2018 : à paraître, « La sorcière Caveau », un conte LGBT chez Homoromance Éditions
2018 : à paraître, une nouvelle, « La gardienne Rotchéar » dans l’anthologie Terre et Feu chez RroyzZ Éditions
2018 : une nouvelle, « Plume, merveille de l’océan » chez Dreamcatcher
2017 : une nouvelle, « Sonate en AB+ » chez Nutty Sheep et dans l’anthologie Nutty Vampires
2016 : une nouvelle, « Nuit de terreur » dans l’anthologie Nutty Halloween chez Nutty Sheep

Mano Quante

Passionné de jeux de société, Mano découvre le jeu de rôle il y a 28 ans.

Il dévore frénétiquement les univers et les systèmes de jeu les plus variés. Depuis, il ne s’est pas passé une semaine sans qu’il ne joue. Il s’est mis a créer plusieurs jeux qu’il a partagé avec de nombreux joueurs et joueuses.

Il est sélectionné lors d’un concours pour sa nouvelle de science fiction « L’âme schizophrène d’un empire hypnotique ».

Il y a deux ans, il a décidé avec une petite équipe de se lancer dans la formalisation d’un jeu de rôle de SF qu’il faisait jouer depuis une douzaine d’année.

Le développement du jeu est en cours.

Il s’agit de QUANTIQUES – Réalité altérée

https://www.facebook.com/quantiqueslejeuderole/

 

Gautier Durrieu de Madron

Nordique d’apparence, sudiste d’état mais écrivain avant tout, Gautier a d’abord cru vouloir embrasser une carrière scientifique. Mais hélas, après la biologie, la géologie puis l’archéologie, il s’est rendu compte qu’il était meilleur conteur que chercheur.

Aussi, depuis maintenant 3 ans, il écrit et développe un univers littéraire, le cycle Au nom des Dieux, ainsi que d’autres projets, et s’est même lancé dans la chronique littéraire (les Chroniques d’un Berserker).

Le 1er tome du cycle Au nom des Dieux « De l’Eau et du Sang » est paru en 2019, disponible sur Amazon. Le roman mêle mythologies et modernité pour offrir une nouvelle visite des mythes anciens dans une guerre mondiale à laquelle les dieux décident de prendre part.

Il a choisi la voie héroïque, mais dangereuse, de l’autoédition, pour rester pleinement maître de ses écrits. Maintenant il ne lui reste plus qu’à trouver un anneau, quatre hobbits, deux hommes, un elfe, un nain et un magicien pour poursuivre la mission qu’il s’est confiée : réenchanter le monde.

 

 

 

Morgane Marchand

Morgane MARCHAND est née en 1987 en région parisienne, qu’elle n’a quitté que très récemment pour le pays du Maroilles. Accro à la lecture depuis toute petite, elle a toujours adoré s’évader dans les milliards de mondes possibles de la science-fiction. Et ceux de la fantasy aussi. Parce que quand même… Il y a de la magie.
Après des études en mathématiques appliquées, elle travaille aujourd’hui dans le traitement automatique des langues, caressant l’espoir secret d’un jour pouvoir converser avec des robots aux cerveaux positroniques. Sait-on jamais.
Au lycée, ses cahiers de brouillon se remplissaient d’épopées inachevées et de fresques sans fin. Ayant depuis peu découvert les plaisirs des ateliers d’écriture, elle a décidé d’explorer désormais la forme courte, voire très courte. Et avec bonheur puisqu’elle publie pour la première fois avec la nouvelle La Nuit avant l’envol, dans l’anthologie Civilisations chez Les Vagabonds du Rêve.

Céline Ceron Gomez

Céline CERON GOMEZ est née en 1987 dans le sud-ouest de la France et exerce en tant que professeure d’espagnol dans les Alpes-Maritimes. L’Espagne et la découverte de nouveaux horizons font partie de ses passions. Depuis peu, elle s’est lancée dans l’écriture. Sa première nouvelle fantasy Marché conclu ! a été publiée dans l’anthologie Du plomb à la lumière, aux Éditions Le Grimoire. Cette nouvelle présente l’univers du roman Énlanyah à paraître bientôt aux Éditions Prem’Edit.
Elle est également au sommaire de l’anthologie Malédiction aux Éditions Mots et Légendes, avec sa nouvelle Le vrai visage et, avec Klaziennes, à celui de l’anthologie Civilisations aux Éditions Les Vagabonds du Rêve présentée dans le cadre de ce Festival.
Son envie d’écrire ne cesse d’augmenter au fil des jours, tout comme celle de partager avec vous ses histoires.

Blog officiel

Lalex Andrea

lalex-andrea

Illustratrice, peintre, autrice et Art-thérapeute, Lalex Andrea a commencé sa carrière artistique en tant qu’illustratrice autodidacte.

En 2001, après des études de documentaliste et une maîtrise à la Sorbonne, elle illustre les ouvrages des américains John Bellairs et Brad Strickland.

Elle découvre le métier d’autrice par la suite aux côtés de Kerbraz, et travaille depuis aussi bien seule qu’en collaboration avec d’autres écrivains ou illustrateurs. Elle réalise également des illustrations et des photographies pour des couvertures de livre, ainsi que des tableaux. Depuis 2012, elle se consacre plus à l’écriture qu’au dessin, en écrivant principalement des nouvelles de science-fiction.

Écoutons-la: J’ai l’impression, en écrivant, d’être une magicienne. L’avenir est un monde vierge que je peux inventer. C’est passionnant de se projeter ainsi en tirant un fil, une idée, un concept sur lequel je bâtis une tranche de vie – c’est pourquoi je préfère écrire des nouvelles, des textes courts. Je joue avec les émotions humaines, je m’en nourris, je les travaille, je les approfondis. J’explore des dizaines d’avenirs possibles, je les suppose, je les rends plausibles, je les construis pour voir ce que cela donnerait concrètement. Et ainsi, j’emmène mes lecteurs en voyage dans l’inconnu, de la même manière que je les emmène à sortir de leur zone de confort dans mes accompagnements professionnels, car  je suis dynamisatrice lorsque je n’écris pas.

Tout cela me permet d’avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, dans le sens littéral du terme. Cet équilibre donne du sens à ce que je fais. Pour mieux vivre le présent, et pour libérer ma créativité vers le champ des possibles…

Elle l’a expliqué lors du festival Nice Fictions en 2018 : « Les instantanés imagés ne me suffisent plus, j’ai besoin de montrer le monde plus large que j’ai en tête, avec des sons, des odeurs, des dialogues. »

  • Cornélia la licorne, éditions BookLight, 2012
  • La-Oty, auto-édité par financement participatif sur Ulule, 2014
  • Une pantoufle à vapeur, dans l’anthologie Nutty Steampunk, éditions Nutty Sheep, 2018
  • Point de vue, dans l’anthologie Civilisations, éditions Les Vagabonds du Rêve, 2018
  • Objectif Ubiquité, dans le numéro 59 de la revue e-Galaxies, 2019
  • Question de survie dans l’anthologie Rouge éditions Les Vagabonds du Rêve 2019