Cent Alantar

Né le 27 juin 1960 à Istanbul en Turquie, d’un père artiste peintre et d’une mère pianiste, Cent Alantar arrive à Paris à l’âge de six mois et y passe toute son enfance, baignant dans le monde de l’art. Très tôt, il développe une passion pour le dessin et, à neuf ans, sait déjà qu’il en fera son métier, tout en caressant le rêve de construire un jour sa propre maison. Après des études au lycée Henry IV, Cent Alantar débute en 1979 des études d’architecture à l’Université Paris 7 puis Paris 8. Diplômé en 1985, il fait ses premiers pas dans le monde de l’architecture via le cabinet Claude Franck, travaillant sur divers projets aux envergures de plus en plus impressionnantes. En 1989, il travaille pour le roi du Maroc Hassan II, sous la houlette de Michel Pinseau, pour lequel il réalisera des bâtiments majestueux comme la villa du Prince Héritier d’Arabie Saoudite (16 000 m2 habitables !).
En 1996, Cent Alantar postule pour un travail au studio France Animation. Impressionnée par son niveau, la directrice du studio lui conseille de frapper à la porte des studios Disney de Montreuil. Roy Conli l’embauche sur le champ, conquis par sa formation et son parcours exemplaire. Malgré son manque de connaissance du milieu de l’animation, Cent est vite intégré au département layout, où sont dessinés les décors définitifs, avant de passer au département décors qui s’occupe de leur mise en couleurs. Il débute sur le film d’animation Hercule et passe ensuite à la production de Tarzan, à laquelle il consacre deux longues années. Par la suite, Cent Alantar travaille sur les décors de Kuzco, l’Empereur Mégalo, mais aussi sur la création de l’introduction du film en workbook (cahier de référence pour toutes les équipes de production). Il travaille ensuite sur le court métrage One By One et durant quelques mois sur les décors d’Il Était une Fois, avant de s’atteler à ce qui sera son plus grand projet pour Disney : le court métrage Destino. Débuté au milieu des années quarante, Destino devait être le résultat d’une alliance entre Salvador Dali et Walt Disney. Le projet ne vit finalement pas le jour. Il fallut attendre 2000 et l’impulsion de Roy E. Disney. Cent fut choisi pour la réalisation de l’intégralité des décors du film, un travail fastidieux mais passionnant qui s’étala sur deux années. Walt Disney Feature Animation France ferme ses portes en 2003, laissant malheureusement sur le carreau des centaines d’artistes.
Cent reprend alors son activité d’architecte et participe à de nombreux projets artistiques, notamment pour la saga de livres de Fantasy La Dernière Terre – préfacés par le grand illustrateur John Howe (pour le tome 1) et le directeur artistique Disney Dan Cooper (pour le tome 2) –, pour laquelle il réalise plusieurs illustrations.
Cent Alantar garde un souvenir ému de ses années chez Disney, expérience qui lui a permis d’assouvir sa passion pour le dessin architectural tout en y ajoutant une petite pointe de magie. L’on retrouve d’ailleurs cette magie dans les nombreuses illustrations qu’il a réalisées pour des livres jeunesse. Avec l’idée du projet ACQUANTICA, un nouveau pas est franchi, qui lui permet de faire la synthèse de ses métiers d’architecte et de layoutman,. En élaboration ce parc aquatique, Cent souhaite composer un hymne à l’eau, élément à la base de toute vie.
Dans ce même élan, il imagine également un parc ludique, un hymne à l’art et à la musique : « Nous sommes des bâtisseurs de rêves pour nos enfants, il ne tient qu’à nous de leur offrir des promenades dans ce monde imaginaire des parcs à thème où les couleurs chatoyantes caressent animaux, elfes, demeures de rêve, parcours ludiques, où une douce musique nous fait tournoyer autour du manège du huitième art qu’est l’univers des parcs. »