Frédéric Gaillard

Né à Valence en 1967, Frédéric Gaillard y a grandi jusqu’à 1m66, entre un scrabble et un dictionnaire. À l’adolescence, il dévore Lovecraft, Baudelaire, Poe, Tolkien et bien d’autres, traduit ses maux en mots, y pose les notes d’une guitare, les tremblements de sa voix.
Après avoir fait du travail social son champ de compétence, il fait du travail de nuit son quotidien et se met à coucher ses rêves et ses lubies sur le papier.
Oiseau nocturne, écriturier à ses heurts perdus, il aime l’humour noir et sans sucre. Dilettante polymorphe autodidacte, futur diplômé en procrastination différée, lecteur passionné de littérature fantastique, ancien rôliste (grand ancien même…), il vénère depuis toujours le grand Cthulhu, et tout ce qui, d’une manière générale, rampe, se cache et chuchote dans les ténèbres.
Comme son imaginaire le démange, il se gratte jusqu’au sang. Aux dires de certains sycophantes, il écrirait sans l’aide de son cerveau gauche, siège de la raison et de la pensée analytique.
Depuis plusieurs années, des dizaines d’histoires suintent des fissures de son crâne ébréché.
Des soixante qu’il a pu rattraper, il a fixé la quintessence sur des feuilles de papier.
Le reste s’est envolé, pris par le vent mauvais.
Lentement mais sûrement, ses créations s’animent, golems d’encre et de papyrus.
Elles commencent à mener leur vie propre, et n’ont qu’un but :
venir s’immiscer, s’insinuer dans vos esprits avides d’histoires.
Et y rester.

Bibliographie

Infemmes et sangsuelles, recueil de nouvelles, Lune écarlate éditions, 2016
Jeux de dopes, nouvelle, Zonaires éditions, 2015
Du plomb dans l’aile, nouvelle, JFE éditions, 2015
Le petit oiseau va sortir, nouvelle, Zonaires éditions, 2014

Blog de l’auteur