Fujii Taiyō est né en 1971 sur l’île d’Amami Ōshima au large de Kyūshū (Japon), à la frontière des îles d’Okinawa. Il a travaillé dans le design graphique et dans la PAO (publication assistée par ordinateur) au sein d’une entreprise de développement logiciel.
Il auto-publie en 2012 son premier roman, Gene Mapper –core–, qui devient rapidement numéro un des ventes Amazon Kindle au Japon. Une version augmentée (Gene Mapper –full build–) est publiée l’année suivante chez Hayakawa Shobō, l’éditeur historique de science-fiction au Japon.
Il remporte en 2015 le Grand Prix de Science-Fiction Japonaise (Nihon SF taishô) et le Prix Nebula des lecteurs (Seiunshô) pour son second roman Orbital Cloud, dont la traduction française, Nuage orbital, paraît chez Atelier Akatombo en 2018.
Il est aussi l’auteur de nombreuses nouvelles qui explorent la transformation des rapports entre humains et technologie, notamment à travers la question de l’IA. Son premier recueil, intitulé Kōseiteki sentō kihan (Battle Loyale), sort en 2017 avec la nouvelle éponyme « Battle Loyale » (qui sortira en traduction française chez Atelier Akatombo en octobre 2020), mais aussi « Koraborēshon » (Collaboration), « Dai-ni naisen » (La Seconde Guerre Civile) et « Tokonatsu no yoru » (Une Nuit d’été sans fin).
Un second recueil Hello World reçoit le prix Yoshikawa Eiji du meilleur nouvel auteur en 2018. Fujii continue aussi à s’auto-publier, avec notamment la nouvelle « Oumu no yume to ayatsuri-ningyō » (Perroquets et Marionnettes, chez Amazon).
Fujii a présidé l’Association Japonaise des Écrivain.es de Science-Fiction & Fantasy (SFWJ) entre 2015 et 2018.

Commentaires fermés