Léo Lallot

leo_lallotLéo Lallot, écrivain demeurant actuellement dans le Vieux-Nice, est né en 1984, année dystopique s’il en fut, ce qui le prédisposait tout naturellement à la science-fiction.

Titulaire d’un master en histoire et également en relations internationales, il a vécu plusieurs années en Chine, où il a exercé en tant qu’agent artistique, se commettant parfois en tant qu’acteur ; l’amateur de cinéma asiatique à l’œil vigilant pourra tenter de le repérer dans des films tels que Dong feng yu ou, peut-être plus connu par ici, Ip Man 2, voire le découvrir dans un sketch diffusé pour le Nouvel An Chinois.
corne-du-kirin
On ne s’étonnera donc pas qu’après quelques nouvelles (Le Musée des Damnés, Pertes et profits, Retour sur Ganymante, Rökkr rökkra…) parues depuis 2011 dans des revues comme Galaxies ou Géante rouge, et une anthologie de Malpertuis, sa toute dernière publication Serinette pour un Qilin figure au sommaire de l’anthologie « De la corne du Kirin aux ailes du Fenghuang », que les éditions Voy’[el] viennent de consacrer aux créatures mythiques de l’Asie.
Non plus que d’un petit texte écrit à l’occasion du Ray’s day où l’on découvrira, à l’autre bout du monde, comme un écho léger des tribulations bâtisseuses de Vortigern.

Il rejoint le comité littéraire de Nice Fictions pour l’édition 2016.

Mél : leolallot[at]hotmail.fr