Émilie Querbalec

Portrait Camille par Méli 22.01.2014 (5) 2

Après un passage convenu en prépa littéraire, Émilie Querbalec étudie la photographie, les langues orientales et l’histoire de l’art, avant d’exercer divers métiers qui n’ont pour seule vocation que de nourrir sa passion pour le voyage. Dans sa marmite, elle mélange allègrement les genres, avec tout de même une prédilection pour le fantastique et la SF, selon son humeur.

Son premier roman, Les Oubliés d’Ushtâr, a paru en mai 2018 chez Nats Éditions.

Nouvelliste, elle a publié :

    • La Reine de Zangalar en 2014
    • Paris Paradis dans l’anthologie Dans les villes du futur chez Arkuiris 2018
    • Le Prix du sang dans l’anthologie Rouge chez les Vagabonds du Rêve 2019

Site officiel

 

Amélie Bousquet

Née en 1985, Amélie Bousquet commence à créer des mondes et des histoires dès l’âge de six ans. Dévoreuse de livres et toujours en quête de nouvelles aventures, c’est dans la bibliothèque de son frère qu’elle découvre un monde où le rêve illumine la réalité : la Fantasy.

Après des études de commerce peu stimulantes et un diplôme en métiers du livre, elle décide de se consacrer à l’écriture et aux multiples histoires qui peuplent son imaginaire. Découvrant petit à petit le monde de la SF via Isaac Asimov, Tim Powers ou Frank Herbert, et grande admiratrice d’Alain Damasio, elle développe une écriture imagée, poétique et teintée de philosophie.

Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées en revues ou anthologies (L’encrier renversé, Etherval, Arkuiris, Rivière Blanche…)

La dernière, Sang-Monde paraît dans l’anthologie Rouge aux vagabonds du rêve en 2019.

Sarah Newton

Née dans le nord de l’Angleterre, Sarah Newton, invitée d’honneur de notre édition 2018, est autrice de fiction et de jeux de rôle, codirectrice de Mindjammer Press et ancienne éditrice de fiction du British Fantasy Society.
Ses œuvres comprennent la série primée de science-fiction transhumaniste Mindjammer, Burn shift, Legends of Anglerre, Monsters & Magic, Atchung !, Cthulhu, Chronicles of Future Earth, et The Great game. Son roman Mindjammer a reçu des critiques très positives, et ses nouvelles ont été reprises dans de nombreuses anthologies. En 2013, sa conceptualisation du « Mindscape » (« la Noosphère ») a été le sujet d’un article de la neuroscientifique Rita Carter dans BBC Focus Magazine et, en 2015, elle a géré une campagne réussie de financement participatif pour les nouvelles œuvres de la série Mindjammer.
Elle a récemment publié un nouveau roman pour sa série de science-fantasy The Chronicles of Future Earth.
Sarah publie principalement en anglais, mais a récemment écrit son premier roman en français. Elle est invitée régulièrement aux Utopiales de Nantes, à la Comédie du Livre de Montpellier et elle est membre actif du cercle littéraire de Fougères La Page Blanche.
Son jeu de rôle Mindjammer commence à paraître en français en 2017, édité par Studio Deadcrows, et elle publie actuellement la version anglaise du jeu de rôle français Capharnaüm de Studio Deadcrows, financé par Kickstarter en décembre 2017, et d’écrire Barbarian town, une campagne pour le jeu de rôle Runequest : Roleplaying in Glorantha du Chaosium.
Elle habite dans une cabane en Normandie avec son mari, musicien de rock-blues, entourée de moutons.

Créations Récentes

  • Mindjammer (jeu de rôle, 2018, Studio Deadcrows / Manoir du Crime)
  • The Worm Within (roman, 2017, Mindjammer Press / Modiphius Entertainment)
  • Children of Orion (jdr, 2017, Mindjammer Press / Modiphius Entertainment)
  • Code of Honour (jdr, 2017, Modiphius Entertainment)
  • The Core Worlds (jdr, 2017, Mindjammer Press / Modiphius Entertainment)
  • Les Fantômes de Mars en 2019  aux Vagabonds du Rêve pour l’anthologie Rouge est sa première nouvelle écrite en français.

En savoir plus…

Nathalie Dau

Nathalie Dau est née à Antibes en 1966 et réside désormais dans la campagne normande, qui offre un calme propice à sa plume.
Tombée dans le chaudron de l’écriture dès l’enfance, elle publie en 1991 Bleu Puzzle, un conte fantastique, aux éditions Tacussel.
Conciliant ses passions pour l’histoire, le folklore et la mythologie dans un style musical empreint de poésie, elle obtient le Prix Merlin 2006 pour Le Violon de la fée, puis le prix Imaginales 2008 (catégorie nouvelle) pour son premier recueil, Contes Myalgiques 1 : les terres qui rêvent (Griffe d’Encre).
Parallèlement, et poursuivant son projet d’anthologies mythologiques initié en 2003 avec l’Esprit des Bardes (Nestiveqnen), elle crée en 2007 les éditions Argemmios. Malheureusement, en raison d’une santé précaire, Nathalie devra fermer sa maison d’édition en 2014.
Invitée par l’illustratrice Krystal Camprubi à participer à l’ouvrage pour la jeunesse Légendes, créatures fantastiques (Auzou, 2008), elle en écrit les textes. Dix mille exemplaires de cet ouvrage seront vendus en France et francophonie. Il est aussi traduit et publié en Espagne, en Hongrie, au Portugal et en Russie. Malgré cette expérience, et celle du livre-disque Voir avec le coeur (Argemmios, 2009), Nathalie ne se considère pas comme un auteur jeunesse.
Elle fait partie de la formation « The Deep Ones » qui donne des concerts-lectures dans le cadre de festivals dédiés à l’Imaginaire.
Ces dernières années ont vu la publication de son second recueil, Contes Myalgiques 2 : les atouts du diable (Griffe d’Encre, 2010), puis de Tangram (Rivière Blanche, 2012), recueil préfacé par Ayerdhal, et du roman-mosaïque En revenir aux fées (Mythologica, 2015).

2016 marque un grand tournant dans sa carrière car les Moutons Électriques offrent à son cycle de Fantasy, Le Livre de l’énigme, une nouvelle chance d’exister après sa rupture de contrat avec les défuntes éditions Asgard. Le 3 mars est donc paru Source des Tempêtes, réédition de La Somme des Rêves (éd. Asgard) revue et enrichie de treize chapitres inédits complétant et poursuivant l’histoire initialement publiée. Le second tome, Bois d’Ombre, est paru le 2 mars 2017. En septembre de la même année sort Fragments de l’Âge Ancien, un recueil dont tous les textes au sommaire appartiennent au corpus du Livre de l’énigme.

En 2018, sortent deux rééditions revues et augmentées du Chaudron brisé chez les Moutons électriques, et d’En revenir aux fées chez Voy’[el], ainsi que deux participations à des anthologies caritatives : SOS Terre et Mer  (Moutons électriques) et L’amour c’est… (Livre de poche). En 2019, Bleu Puzzle est réédité chez les Moutons électriques et la 1ère partie de Source des Tempêtes paraît en poche dans la collection Hélios des Indés de l’Imaginaire.

Nathalie n’est toutefois pas en mesure de proposer d’inédit cette année, son rythme d’écriture ayant pâti de ses aléas de sa santé.

Fiche sur les Moutons électriques
Fiche Wikipédia
Fiche nooSFere
Fiche Quarante-Deux
Fiche BDFI

 

 

 

 

 

 

Dounia Charaf

Dounia Charaf est née à Casablanca, en 1960. Si elle a passé la plus grande partie de sa vie en France où elle est arrivée déjà imprégnée de la culture française, un retour à Casablanca en 1978, après le décès de son père, lui a permis, malgré une époque triste à mourir, de découvrir le Maroc, un pays pétri d’imaginaire et de situations romanesques.

Et, parce qu’elle a découvert l’écriture en France et le sens à lui donner au Maroc, elle a continué à écrire, comme elle le fait depuis ses onze ans.

Au croisement de l’imaginaire, de l’histoire et de la société contemporaine, ses romans et nouvelles puisent aux sources d’une culture à la fois en évolution rapide et enracinée dans un passé irréductible.

Le besoin de conter, qui la transformait en nouvelle Shéhérazade lors des chaudes soirées de vacances, doublé d’une passion pour l’histoire récente nourrie de lectures érudites et mêlée de souvenirs de sa grand-mère sur l’esclavage, ont abouti à un premier roman, L’Esclave d’Amrus (Editions l’Harmattan, 1993)

Il fut suivi de plusieurs autres, également publiés chez l’Harmattan, Fatoum la prostituée et le saint, Mbark et Juliette le mystère des colons allemands.

Par la suite, elle publie aux éditions Marsam les romans La Maison de Mama Ghoula, Les petites filles et l’oued et Meurtres à Adarassane et deux albums pour enfants, Le Mot magique et L’Orange de l’ogresse.

Elle participe à l’anthologie « Civilisations(s) »  avec la nouvelle Une araignée au bout du fil et sort une novella, Le bracelet de Johar, une fantasy marocaine, aux Vagabonds du Rêve.

Actuellement, elle travaille toute affaire cessante, suite au décès de sa tante et de la disparition de tout l’univers de son enfance, à un roman de fantasy uchronique sur le Maroc du début du 20e siècle : Chaouia le jardin du chaos.

Elle a aussi participé à l’anthologie Rouge, publiée aux Vagabonds du Rêve pour notre édition 2019, avec la nouvelle Rapport d’incident.