by Guy Buchheit

Chantal Robillard, nouvelliste, poète, romancière et anthologiste, est native d’Auvergne : fontaines pétrifiantes, orgues basaltiques et cratères des vieux puys n’ont pas de secret pour elle. Elle vit en Alsace, dans une maison bleue à colombages, tout droit sortie d’un conte de fée. Elle n’hésite d’ailleurs pas à explorer précisément certains d’entre eux pour mieux les revisiter en jonglant avec les archétypes et en puisant dans la langue mots savoureux et expressions oubliées. Le Haut Allier, Brocéliande et la plaine d’Alsace : un sacré triangle géographique…

On ajoutera à ses préoccupations littéraires des textes autour de Saint-Exupéry, le Petit prince et l’aventure de l’Aéropostale. En 2018 sont sorties sa onzine La Nuit étoilée qui ouvre l’anthologie Dimension Aéropostale (Rivière blanche), et l’anthologie Dessine-moi un… qu’elle a dirigée pour Nutty sheep chez qui elle a également publié Merlin et la Fée des Flashs. Son Zoo des chimères, paru en 2013 chez Argemmios, a été réédité par les éditions Voy’el chez qui est sorti, en automne 2019, La Rose, la Gourmette et le jardin d’algues, recueil de petits textes poétiques autour du Petit Prince et de Saint-Exupéry.

Elle a également participé à de très nombreuses anthologies, notamment chez Les Vagabonds du Rêve avec la nouvelle Une Nuit facétieuse in Civilisations et Cerisette in Rouge, pour laquelle elle a spécialement créé une toute nouvelle contrainte littéraire oulipienne, celle du filigrane synonymique…
Après un thriller Merlin enquête au palais du Rhin publié chez Rivière Blanche en 2020, elle enchaîne en 2021 cette année avec un recueil de poèmes, Dentelles et reflets de Venise aux éditions Asterion en attendant le recueil de nouvelles SFFF, Dentelles des sirènes de la lagune.

Quelques vidéos Facebook pour compléter cette présentation :
lecture de Cerisette (anthologie Rouge – Les Vagabonds du Rêve)
la rose, la gourmette et le jardin d’algues (éditions Voyel)
Zoo des chimères (éditions Voyel)
présentation rapide de Merlin enquête au palais du Rhin (éd. Rivière blanche)

Commentaires fermés